PORTRAIT D’UN GUIDE – EQUATEUR -TERRES D’AVENTURE

Nous étions 3 français venus en Equateur pour un périple de quinze jours. Au programme, essentiellement des volcans à gravir, mais aussi un pays à découvrir. C’est un guide particulièrement attentif à notre attente qui s’est chargé de cette délicate mission.

 
Le guide montrant à ses clients le COTOPAXI
 

MAIS QUI EST DONC WELLINGTON ?

WELLINGTON, c’est son prénom. Il s’en excuserait presque. D’un autre côté il l’a fait imprimer sur sa casquette, et il ne la quitte que très rarement. Quatrième enfant d’une fratrie de six dont aucun ne porte de prénom fantaisiste, son père l’a donc curieusement affublé de celui-ci sans jamais évoquer avec lui son admiration supposée pour le tombeur de Napoléon à Waterloo. C’est donc ce WELLINGTON hispanique, diplômé de l’Ecole des guides d’Equateur, qui nous a accompagnés pendant quinze jours.
 
Devant le lac du cratère du volcan de COTOCACHI
Wellington (à droite) et Frédéric devant le lac du cratère du volcan Cotocachi

La première et principale qualité d’un guide c’est évidemment sa compétence en montagne.
L’expérience de WELLINGTON fût rassurante dès notre première sortie et il confirmera son savoir-faire et ses aptitudes à chacune de nos ascensions. La première s’élevait crânement à travers les steppes d’herbe ébouriffée du Fuya Fuya (4279m) et la dernière offrait en revanche des rochers éruptifs et les pentes abruptes d’un interminable glacier pour atteindre le sommet le plus éloigné du centre de la Terre, le Chimborazo (6268m). Entre les deux nous avons découvert le légendaire Cotopaxi (5997m) dont la cime resta noyée dans la brume le jour de notre ascension.
4 alpinistes au sommet du COTOPAXI dans le brouillard
Sommet du COTOPAXI – Wellington (à droite) avec ses trois clients. Jean-marie, Frédéric et Didier

ORIGINE D’UNE VOCATION

WELLINGTON a découvert la montagne à l’âge de 11 ans. Une rencontre improbable. Un hasard. Une aubaine. Son école ce jour-là était restée fermée. Peu importe la raison de cette fermeture. La mémoire sait effacer l’aléatoire pour ne retenir que l’essentiel. Avec ses copains ils se sont alors lancés dans une ascension. Une des collines qui dominent Quito. Ce fût le déclic. Que s’est-il réellement passé dans la tête et les jambes du jeune WELLINGTON en grimpant ? Difficile à expliquer. Toujours est-il que ce jour-là sa vocation pour la montagne était scellée.
 
 
 
Le récit d’une vie a souvent tendance à bordurer ce qui pourrait en altérer l’éclat et la linéarité de la trajectoire. WELLINGTON s’en amuse aujourd’hui. En 1986 après avoir obtenu à 30 ans son diplôme de guide, il a été contraint de rester soudeur pour gagner sa vie. Vivre de sa passion est un pari parfois risqué. Ses compétences en mécanique devaient donc assurer ses arrières pendant plusieurs années. Néanmoins c’est à cette époque qu’a commencé sa boulimie de sommets à escalader. 
 
Les premiers furent au Venezuela, puis au Pérou et bien sûr dans son pays. Mais son plus beau souvenir, sa fierté, l’ascension dont il parle avec le plus d’émotion reste celle qu’il a effectuée en solitaire pour ses 49ans, le SAJAMA (6548m), le plus haut sommet de Bolivie. Suivront de nombreuses autres aventures sur le relief agité de la Cordillère des Andes et quelques escapades sur les sommets alpins dont les 4478m du Cervin.
Le guide au coin du feu préparant l'étape du lendemain
 
WELLINGTON aime la montagne et les clients qui partagent cette passion. Cette complicité lui est essentielle. Sans elle son métier perdrait une grande partie de son charme. Pour eux il a déjà gravi plusieurs dizaines de fois le COTOPAXI, ce bijou qui émerge au cœur de l’Equateur. Mais ce volcan dont le cratère flirte avec les 6000m réserve souvent des surprises. La météo y est quasiment imprévisible. Le réchauffement de la planète n’a fait qu’aggraver cette situation. WELLINGTON constate avec amertume les dégâts déjà causés par ces bouleversements climatiques. Le glacier qui donne tout son éclat au volcan, faisant le charme de son l’ascension, ne cesse de reculer. La hausse de la température le ronge insidieusement par le bas libérant aussitôt une cendre exaspérante. Elle se substitue irrémédiablement à la blancheur légendaire de ses parois. Et si WELLINGTON n’affectionne pas spécialement les glaciers, il reconnait n’avoir aucune appétence pour la poussière volcanique. Cette métamorphose le préoccupe et l’inquiète.

 

le guide faisant un cours de botanique
Cours de botanique 

UN GUIDE PASSIONNE PAR SON PAYS

Mais WELLINGTON est un guide atypique. Il sait surprendre en s’aventurant dans des contrées sans rapport avec la montagne. Avec son regard posé et son sourire de généreux carnassier boulimique de nouvelles aventures, WELLINGTON ne se lasse pas de raconter l’Equateur. Intarissable sur le destin croisé des différentes tribus indiennes comme sur l’énigme du peuple Incas, incollable sur l’histoire de l’art depuis l’arrivée des premiers galions sur les côtes équatoriennes, érudit en botanique et tout aussi surprenant en géologie, ce qui dans un univers criblé de volcans n’est pas sans intérêt, WELLINGTON sait brosser par petites touches le portrait du ‘’Pays du milieu du monde’’.

moment de détente du guide avec ses clients
Détente à la veille de l’ascension du l’Illinoza
‘’Un pays ne vaut que par les gens que l’on y rencontre’’, disait André Malraux. Force est d’admettre que lorsque cette personne est un guide affable et disponible, sachant donner aux mots une sonorité qui séduit et passionne son auditoire (comme Am Gurung rencontré au Népal), on aurait tort de bouder notre plaisir et de ne pas le lui dire. En l’occurrence cette fois là le guide se nommait WELLINGTON.  
 
Le guide à cheval sur la ligne de référence marquant l'Equateur
Wellington à cheval sur les deux hémisphères
Nous sommes bien sur la ligne de référence de l’Equateur

https://www.terdav.com/

 
    
 
 
 
 
   
 
 
 
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s